ASSOCIATION SPORTIVE DES PORTUGAIS DE SARLAT : site officiel du club de foot de SARLAT LA CANEDA - footeo

L'HYMNE NATIONAL DU PORTUGAL

Ecouter l'hymne national du Portugal

<< CLIQUEZ ICI

A Portuguesa

A PORTUGUESA

1er couplet

Heróis do mar, nobre povo,
Nação valente e imortal
Levantai hoje de novo
O esplendor de Portugal!

Entre as brumas da memória,
Ó Pátria, sente-se a voz
Dos teus egrégios avós
Que há-de guiar-te à vitória!

Às armas, às armas!
Sobre a terra, sobre o mar,
Às armas, às armas!
Pela Pátria lutar
Contra os canhões marchar, marchar!


2è couplet

Desfralda a invicta Bandeira,
À luz viva do teu céu!
Brade a Europa à terra inteira:
Portugal não pereceu
Beija o solo teu, jucundo,
O oceano, a rugir de amor,
E o teu Braço vencedor
Deu mundos novos ao mundo!

Às armas, às armas!
Sobre a terra, sobre o mar,
Às armas, às armas!
Pela Pátria lutar
Contra os canhões marchar, marchar!


3è couplet

Saudai o Sol que desponta
Sobre um ridente porvir;
Seja o eco de uma afronta
O sinal de ressurgir.

Raios dessa aurora forte
São como beijos de mãe,
Que nos guardam, nos sustêm,
Contra as injúrias da sorte.

Às armas, às armas!
Sobre a terra, sobre o mar,
Às armas, às armas!
Pela Pátria lutar
Contra os canhões marchar, marchar!

Traduction française

1er couplet

Héros de la mer, peuple noble,
Nation vaillante et immortelle.
Relevez aujourd'hui à nouveau
La splendeur du Portugal !

Entre les brumes de la mémoire,
Oh patrie, on entend la voix
De tes illustres aïeux
Qui te guidera vers la victoire !

Aux armes, aux armes !
Sur la terre et sur la mer.
Aux armes, aux armes !
Pour la patrie, il faut lutter
Et contre les canons, marcher, marcher !

Origine du drapeau

Le drapeau de la République du Portugal.

Ce drapeau apparaît avec la république en 1911 et la déposition de Manuel II de Bragance en 1910.

La symbolique reprend le vert foncé de l'espoir, le rouge du sang versé pour la patrie et la sphère armillaire représente le globe terrestre (symbole de l'histoire d'exploration maritime des grands découvreurs portugais). On y trouve également les armes de l'État — les sept châteaux ou citadelles de l'expansion territoriale, reprises sous le règne d'Afonso Henriques au XIIe siècle), dont celle de Lisbonne. Les cinq écus bleus sur l'écu blanc sont ceux de sa victoire sur les cinq rois Maures lors de la bataille d'Ourique en 1139 où il est proclamé roi. Les cinq monnaies byzantines disposées en croix (des points ou besants) reprennent la disposition des cinq plaies du martyr du Christ, au nom duquel Afonso Henriques défit ses ennemis.

Le drapeau contenait à la base six besants blancs dans chacun des cinq écus bleus, représentant ainsi les 30 pièces (6x5) pour lesquelles Judas aurait livré Jésus Christ.

En outre, le Portugal possède, tout comme la France, un coq pour emblème; il s'agit du galo de Barcelos le coq de Barcelos en français. Néanmoins celui-ci est traditionnellement représenté avec un plumage noir et une énorme crête rouge - on peut d'ailleurs trouver de petites poteries ou des tissus à son effigie dans le pays.

Coq de Barcelos

Le coq de Barcelos est l'un des emblèmes portugais les plus connus.

Barcelos, agréable petite ville du nord du Portugal, à l’actif marché agricole, est un centre réputé de fabrication d’objets utilitaires et décoratifs en céramique, dont des coqs de toutes tailles aux riches décorations, qui illustrent la légende d’un volatile devenu symbole de la ville puis emblème touristique du pays. L’histoire, reproduite dans tous les guides touristiques, imprimée sur toutes sortes de supports, s’est évidemment diversifiée avec le temps en une foule de versions et de variantes. En voici deux, recopiées de cartes postales.

Pendant un dîner chez un riche propriétaire de Barcelos une partie de l'argenterie fut volée et un des invités fut accusé du fait. Il fut jugé coupable par la cour. En dépit des preuves accablantes contre lui, il clama son innocence. Le magistrat donna à l'accusé une dernière chance de se justifier. Voyant un coq dans un panier près de lui, l'accusé dit : « Si je suis innocent, le coq chantera ! ». Le coq chanta et le prisonnier fut libéré.
Une certaine fois à Barcelos, un homme fut condamné au gibet. Convaincu de son innocence et pour la prouver, il implora Notre Dame de faire un miracle. Et, pour dernier vœu, il demanda à être reçu par son juge. Celui-ci le reçut dans sa salle à manger ; le condamné, dans un inattendu défi à la Providence, voyant un coq braisé sur la table du juge, jura que le coq se lèverait et chanterait pour prouver son innocence. Aussitôt dit aussitôt fait, le coq se leva en chantant.
Cette légende est passée de génération en génération et le typique et bien connu « coq de Barcelos » est devenu ainsi un des symboles du Portugal. Il est symbole de foi, de justice et de bonne chance.

 



Aucun événement